Visuel header page la Mascotte de CannesP2_Cannes_LandingPageLero_2_FH
©Visuel header page la Mascotte de Cannes|Palais des Festivals

La mascotte de Cannes

Cannes a sa mascotte !

De son œil bienveillant, Léro veille sur Cannes et ses habitants depuis la nuit des temps. Discret mais néanmoins curieux, il semblerait qu’il ait remis une patte en ville… alors ouvrez l’œil !

Une mystérieuse créature

Il était une fois au Moyen-âge, une créature merveilleuse qui faisait trembler la Provence toute entière, autant qu’elle l’émerveillait par son panache. L’histoire raconte que les jours de beau temps, on pouvait apercevoir une ombre planer au-dessus des villes, des vallées et des montagnes, frôlant du bout de ses ailes les arbres les plus hauts et faisant trembler le clocher des églises.

La Provence était son terrain de jeu : de mystérieuses empreintes bleues, qui ne ressemblaient à aucun animal connu, apparaissaient parfois dans les prés ou sur les plages. Mais personne n’avait jamais réussi à identifier leur provenance. Aussi à l’aise dans les airs que dans l’eau, on raconte que l’animal pouvait plonger et sans reprendre son souffle, nager pendant des heures au fond de la mer, narguant les bateaux qui revenaient d’Orient. Certains parlaient d’une crête, d’autres affirmaient avoir vu une queue.

La créature merveilleuse était au cœur de toutes les discussions et de toutes les légendes, ce qui donnait lieu aux récits les plus farfelus.

Une ombre veille sur Cannes

D’un naturel discret, l’animal avait élu domicile sur l’île encore inhabitée de Lérins, au large de Cannes.

Îlot vert, tourné vers l’horizon, il était à la fois son paradis et sa prison. Il en connaissait chaque recoin et même s’il savait qu’il était plus sage de ne pas se montrer pour ne pas effrayer inutilement les voyageurs potentiels, il ne résistait guère à l’idée d’explorer les alentours.

Quand la nuit tombait, sa robe discrète lui permettait de se rapprocher d’avantage des humains, qu’il rêvait de mieux connaître. Il osait enfin s’approcher du village qui lui faisait face et caché dans l’obscurité il était de tous les évènements. Il ne regagnait son île qu’au lever du jour par crainte d’être repéré.

La Rencontre

Un matin d’été, sa tranquillité fut troublée lorsqu’un navire accosta sur son île. La croyant déserte, un hommeseul était venu y chercher le repos de l’âme et dédier sa vie à Dieu.

Saint-Honorat, moine en devenir, découvrit rapidement que l’île était infestée de serpents, dont il parvint héroïquement à se débarrasser (mais ça, c’est une autre histoire). Il lui fallut en revanche plusieurs jours pour se rendre compte qu’il partageait l’île avec une créature beaucoup plus inattendue

À plusieurs reprises, lors de ses explorations, il vit de mystérieuses empreintes colorées, les plus grandes qu’il n’ait jamais vues. À la surface de la mer, il lui sembla apercevoir une crête d’un bleu profond. Puis une nuit, alors qu’il dormait, il fut réveillé par un souffle et se sentit observé, mais il crut en un mauvais rêve. La nuit suivante, il fit semblant de dormir, guettant le moindre mouvement dans l’obscurité.

C’est alors que lui apparut un œil en amande, d’un blanc éclatant dont la pupille de reptile le fixait.

Le Combat

Saint-Honorat, le brave, décida d’en avoir le cœur net et poursuivit l’intrus. Sous la lumière de la lune il découvrit face à lui un majestueux dragon à la peau bleue. Cette créature légendaire dont tout le monde parlait depuis des siècles se tenait à présent devant lui ! Terrorisé, il engageât un combat à mains nues contre le dragon. Celui-ci aurait pu le dévorer, le brûler ou même le griffer, mais il n’en fit rien !

Pour effrayer l’homme, il frappa le sol de sa queue. Il y mit toutes ses forces, si bien que la terre trembla, scindant l’île en deux. C’est ainsi que naquirent les îles Sainte-Marguerite et Saint-Honorat. Le dragon plongeât dans l’eau et disparut.

Saint-Honorat continua à vivre sur l’île qui désormais portait son nom, y fondant même un monastère. En revanche, l’île la plus grande et la plus sauvage resta inhabitée pendant plusieurs siècles… Enfin, inhabitée, peut-être pas tout à fait….

Depuis ce jour, du dragon bleu il ne reste qu’une légende, celle d’une créature qui veille depuis des siècles sur la ville de Cannes et ses habitants. Il paraît que, quand le temps est clair, on peut apercevoir une ombre nager entre la ville et ses îles.

 

Ouvrez l’oeil

Puisque Cannes s’est désormais teintée de bleu avec sa nouvelle identité, il semblerait que notre dragon soit tenté de remettre une patte en ville.

Si vous ouvrez l’œil, vous risquez, vous aussi, de l’apercevoir… N’ayez crainte, il répond au nom de Léro et si vous lui réservez un accueil chaleureux, il vous fera découvrir la vie en bleu

Titre de la vidéo manquant
Légende de la vidéo manquante

Suivez les aventures de Léro sur Instagram

@lero.cannes

Fermer